BM Cool Menu

Partenaires

Les ressources financières internes destinées à la statistique et les emplois budgétisés n’ont pas progressé significativement durant ces vingt dernières années. En effet, il n’y pas de budget propre de l’Etat affecté aux activités statistiques et au renforcement des capacités du système statistique national (SSN). Donc, le Système Statistique comorien demeure structurellement très dépendant des appuis des Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

Une évaluation montrait que l’autonomie du SSN ne progresse pas et que les appuis de l’extérieur demeurent déterminants dans la production statistique. L’Union des Comores bénéficie d’appuis significatifs de la communauté internationale dans le domaine statistique, qui ne conduisent toutefois pas au développement de l’autonomie du SSN. 

Au cours des ces dernières années couvertes par la SNDS depuis sa mise à jour en 2008, trois appuis importants comportaient une forte composante statistique :

  • l’appui conjoint du Système des Nations Unies (SNU) à la mise en place d’un système performant d’information et d’aide à la décision, couvrant initialement la période 2008-2010, et doté de 750 000 $ EU. Cet appui intégrait les contributions des principales agences du SNU : PNUD, FNUAP, UNICEF, OMS et visait à améliorer le cadre institutionnel, la production de données et leur diffusion. Le document de projet était explicitement basé sur la SNDS ;
  • le Projet de renforcement des capacités institutionnelles (PRCI-Comores) financé par la Banque africaine de développement (BAD), doté de 5,82 millions d’UC BAD, soit environ 8,7  de $EU (don initial et don complémentaire). Cet appui couvrait initialement la période 2009-2012. Il a été prolongé jusqu’en 2014. Les domaines d’intervention sont au nombre de trois : la Comptabilité Nationale ; les indices de prix ; l’enquête 1-2-3. Actuellement un Projet de la Banque Africaine de Développement est encours et renforce les acquis du premier projet.
  • l’appui à la Planification et à la coordination du développement (APLACO), financé par l’Union européenne, d’un montant de 1,9 million d’Euros, et couvrant la période 2009-2013. Ce projet comportait une composante d’appui au suivi/évaluation des projets et programmes et à la mise en place d’un système d’information et d’aide à la décision, prenant notamment la forme d’une contribution à la mise en place dans cinq Ministères-pilotes (Agriculture, Aménagement du territoire, Economie, Education, Finances) d’Unités de planification.
  • L’Appui de la Statistique financé par la Banque Mondiale, d’un montant 385 000 dollars pour un appui du développement de la statistique dans les domaines institutionnel, formation, collecte de données et la diffusion des données par les TIC ;
  • L’appui à la formation des statisticiens et démographes est assurée par la coopération française, l’Union Africaine et l’Unfpa.
  • L’appui technique à l’INSEED est assuré par Afristat, Afritac Sud (FMI), Comesa, etc.

Au total, le SSN est très dépendant, son autonomie ne s’accroît pas, et les appuis extérieurs ne contribuent pas significativement à assurer la pérennité du système statistique à travers un renforcement durable des capacités nationales. Il faut une volonté politique du gouvernement de doter le SSN et surtout l’INSEED les moyens nécessaires et suffisants afin de produire des données statistiques fiables et de faciliter l’accès à l’information statistique pour promouvoir la culture statistique.